Mondes imaginaires

Après l’orage

Après la foudre« Nous sommes tous au fond d’un trou. Mais certains regardent les étoiles. » page 22

 

Une phrase énigmatique peut-elle se révéler source de paix?

 

Ben, du Minnesota, et Rose, du New Jersey, sont tous deux en quête de racines, ce à cinquante ans de distance. Récemment orphelin de mère, Ben qui n’entendait que d’une oreille devient totalement sourd après avoir été frappé par la foudre. Rose, sourde et muette est mise à l’écart de la vie d’artiste de sa mère. Au-delà du temps, tous deux, isolés dans ce monde de silence, cherchent un contact qui leur permettrait de s’ouvrir au monde de la communication. Ben allant de déduction en déduction part à la recherche de ce père non connu qui devrait vivre à New York. Sourd, très jeune et inexpérimenté, il entre alors bien naïvement dans un monde de pièges et d’entraide. Rose, en ce qui la concerne découvre le langage des signes et se fraie un chemin qui la mène à New York. Que leur réserve le destin?

 

Un deuxième roman en mots et en images, de Brian Selznick. Dans « Après la foudre », mots et images font alterner deux personnages différents au-delà du temps dans un chassé-croisé quelque peu déroutant. Ben est entêté, en ce sens qu’il ne se laisse pas dérouter de sa quête. Je l’ai suivi sur ce chemin, en le trouvant assez audacieux, quelquefois naïf et naturellement bon enfant. Son histoire baigne dans le monde de l’astronomie, des collections de curiosités de la nature. Elle est également riche en découverte de la langue des signes. L’écriture et le dessin sont remarquables quant à la qualité de la langue et du trait. Un autre excellent roman dû à cet auteur fabuleux. Le roman est complémenté d’un document d’information  sur la démarche d’écriture de l’auteur. Rachel Boisvert

 

 

Selznick, Brian

Bayard, 2011

Scholastic, 628 p.

 

 

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress