Monde des émotions, 1

Tant que nous sommes vivants

Tant-Que-Nous-Sommes-Vivants« Pourtant au milieu du renoncement général, certains eurent l’audace de tomber amoureux. Les plus fous d’entre eux s’aimaient.
Bo et Hama furent de ceux-là. p. 11

 

L’amour peut-il être plus fort que le marasme et l’infortune?

 

Les temps sont durs. La vie est devenue si terne, que les gens semblent n’être que des ombres. La vie se greffe aux usines où l’on bénéficie d’un travail de survie.  La rencontre de Hama et de Bo trouble cette atmosphère. Ils dérangent, car ils sont rayonnants. Discrètement, ils tissent leur bonheur. Leur flamme réchauffe leur entourage et irrite certains autres. Dans un temps où l’on ne prend plus le temps d’aimer et de rêver, ces êtres sont marginaux. Entre bruit et silence, connu et inconnu, quiétude et inquiétude, présence et absence,  Bo et Hama vivent, dérivent et survivent.

 

Un roman fascinant. Un roman exceptionnel. Un roman à lire et à relire. Le thème de la vie aux teintes de l’espoir y est traité de façon magistrale sans esbroufe et sans heurts, tout en douceur, en harmonie et simplicité. La facture de ce récit prend ses assises dans les antagonismes de la vie. La qualité de l’écriture atteint un degré rare. La tristesse de la réalité sociale est filtrée par le bonheur fragile des personnages pivots, Bo et Hama. Ces personnages sont ensorcelants, sensibles et touchants. De doux rêveurs qui s’ignorent. Ils éveillent la compassion et l’espérance. Ce texte est un baume sur la grisaille de la vie. À ne pas manquer. Rachel Boisvert

 

Bondoux, Anne-Laure
Gallimard, 2014
298 p.

 

 

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress