Monde réaliste

Que cent fleurs s’épanouissent

Que cent fleurs

 « – Je vais vous raconter une histoire. » p. 13

 

Un artiste peintre et un écrivain se rencontrent…

 

Hua Xiay, artiste peintre,  livre à son compagnon de voyage, un écrivain,  le récit de sa vie. Ce récit se situe en Chine au moment de la Révolution culturelle mise en place par Mao. Jeune homme à l’avenir prometteur, il s’est retrouvé relégué dans un village isolé et, de plus, Hua est affecté à des tâches subalternes. Il arrive là, croyant que c’est une situation temporaire. Mais non, ce n’était pas le cas; il était attendu là et de pied ferme en plus. Étiqueté comme élément subversif, on ne lui rend pas la vie facile. Il a bien du mal à comprendre d’où lui vient cette étiquette. Il l’apprend avec consternation. Son lien affectif avec un chien errant d’abord craint et, par la suite, apprivoisé devient salutaire pour lui. Sa belle histoire d’amour avec Luo Dune est ternie par toutes les manigances et la rivalité de son entourage. Sans son grand talent et sa passion pour l’art, sa vie aurait été totalement infernale. Heureusement pour lui, et  le lecteur, cette richesse inattaquable est demeurée une source qui a nourri ses rêves lui a permis d’émerger.

 

Un récit bouleversant, attachant, cruel et poétique. Un récit où le meilleur et le pire de l’humanité se vivent au quotidien. Un livre qui met en lumière l’importance de la création artistique. Un livre qui met en relief le bonheur possible nourri par la passion d’un rêve. Rachel Boisvert

 

Jicai, Feng

Gallimard, 1990 125 p.

 

 

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress