Monde réaliste

Après la vague

Après la vague« Mon cri contre le sien tandis qu’elle lâche ma main et qu’elle me pousse en avant. » p. 26

Parcours d’un mort vivant

Max ne veut pas suivre sa famille en excursion. À seize ans, il préfère profiter de la plage. Comme il a obtenu l’assentiment de ses parents, Jade, sa jumelle, décide d’en faire autant. Max pense alors pouvoir profiter de l’occasion pour rétablir leur complicité perdue depuis quelque temps. Soudainement les oiseaux se comportent de façon inhabituelle, les adolescents intrigués ne réalisent pas que ce peut être présage d’un danger. De fait les vagues, de belles et grosses, deviennent menaçantes. Main dans la main, ils tentent d’aller se mettre à l’abri. Or, Jade, happée par le tsunami, meurt en lâchant la main de son frère. Dès lors, la vie de Max devient un enfer.

Roman réaliste traitant du deuil, ce texte est concis et émouvant. L’écriture, sobre et sans larmoiement, décrit l’atterrement d’un adolescent meurtri par la perte de sa jumelle. Max, acteur et témoin de l’évènement, a perdu son double. La déchirure est profonde et teintée d’un sentiment de responsabilité. Le désarroi du personnage, le menant à ne pas se conformer aux attentes de son entourage,  est plausible. L’auteur met sur son chemin des personnages de passage qui fournissent des bribes de réponses à la question l’angoissant : pourquoi Jade et non moi? Un roman qui offre une perspective sur la préoccupation annoncée en prologue : « Oui, nous vivons en surfant sur l’écume de la vie, sans jamais comprendre vraiment ce qu’est la vie. » p. 9 R. Boisvert

Charpentier, Orianne

Gallimard, 2017

149 p. ; Pôle fiction

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress