Monde des émotions, 1

Ma vie amoureuse en 16 garçons

Ma vie amoureuse« Mais voilà : Un incident survenu pendant le dernier trimestre de terminale mit à mal ces projets, et la merveilleuse Avery fut projetée dans un abîme de doute et de désespoir… » p.9

Savoir faire face à la disgrâce.

Avery, élève très populaire auprès des garçons, connaît un revers catastrophique quelques semaines avant le bal de fin d’études. Alors qu’elle est la présidente du comité d’organisation du bal, Luka, son amoureux du moment, la laisse choir. Elle devra donc aller au bal seule! Bien qu’elle envisage la situation avec une certaine sérénité, l’organisation du bal lui cause toutefois d’importants soucis. En effet, certaines chipies tentent de désorganiser la soirée du bal. Parallèlement à cela, Avery doit rédiger un travail pour son cours d’histoire. Ingénieuse, elle choisit de prendre sa vie amoureuse comme sujet. Son projet « Ma vie amoureuse en seize garçons…» est d’abord jugé peu approprié pour un travail en Histoire. Toutefois, défendant adroitement son point de vue, elle parvient à faire accepter le sujet avec quelques réserves. Avery se met donc à rédiger sa vie amoureuse…

C’est un roman réaliste d’une facture très particulière. La vie amoureuse de l’héroïne y est écrite sous forme d’entrevues de témoins, soit les amoureux en question. Un choix d’écriture adapté au contenu. L’aspect de travail de documentation en Histoire est brièvement mais clairement abordé. Avery, personnage-clé de ce travail s’y livre et s’y investit sans réserve. Les rencontres avec ses «ex» donnent lieu à du déjà vu et de l’inattendu. Il faut souligner qu’un tel inventaire d’amoureux offre un défilé divertissant. L’évolution du personnage principal est consignée dans les notes jointes au travail. J’ai quelquefois eu l’impression de regarder des extraits de l’émission télévisuelle : «Like-moi». Roman que les garçons pourraient lire avec tout autant d’intérêt que les filles. C’est un roman agréable qui traite également et de belle façon, l’amitié véritable. R. Boisvert

Strohm, Stephanie Kate

La Martinière J., 2017

312 p.

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress