Monde réaliste

Philippe dans l’angle mort

Philippe Dans l'angle mort« La peur était en train de m’asphyxier, de m’avaler. » p. 11

 

Quand on a besoin d’oxygène…

Hélène a peur de vivre. Son entourage, ses études et, surtout, Philippe entravent son existence. Elle décide donc de réviser son plan de vie. Pour ce faire, Hélène choisit de changer d’angle de vue et de partir respirer l’air ailleurs pour survivre. Durant quelques semaines, elle se bat contre ses frayeurs. Toutefois, elle n’est pas esseulée dans sa tourmente, son beau Philippe, l’ex de ce dernier et la fille de celle-ci viennent brouiller sa vue.

Un roman réaliste aux couleurs de la société d’aujourd’hui. Une histoire d’amour de soi en lutte avec le « grand amour ». Hélène est telle qu’elle l’annonce en dix-huit lignes : elle a peur de la vie. Ce personnage est fouillé à fond. L’auteur a réuni de nombreuses peurs courantes et les incorpore dans un personnage crédible. Le laps de temps, assez bref, donne de la force au propos. Hélène est le reflet de la société où la santé mentale est en voie de ne plus être taboue. De plus, ses opposants en ont également touchés. Un roman très dense tant dans le thème que dans le style d’écriture livrant ces propos. Jeter un coup d’œil à la table des matières n’est pas sans intérêt. R. Boisvert.

Fortin, Mylène

Québec Amérique, 2016

Littérature d’Amérique, 196 p.

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress