Mondes imaginaires

Sang-de-lune

Sang-de-lune

« Parce que je n’ai pas le choix. Parce que c’est écrit dans les lois d’Alta qui définissent notre société. » p. 10

Être chêne ou roseau…

Les lois d’Alta honnissent les femmes et leur réserve un sort sectaire et rigoriste. Gia est encline à accepter implicitement le sort que lui réserve ces règles. Toutefois, elle se soucie du comportement et du caractère d’Arrienn, sa jeune sœur. Elle s’en inquiète davantage depuis que cette dernière a décrété qu’elle ne se marierait pas. Elles sont des sang-de-lune, des femelles d’Alta, cette société refermée sur elle-même et dirigée par sept sages, mâles, qui considèrent que les femmes doivent être contrôlées, car elles sont de nature impure et risquent d’être nuisibles à la société. Arrienn, bientôt pubère devra se soumettre à la cérémonie du tatouage. Gia fait alors un choix hasardeux, s’enfuir avec Arrienn. Elle s’engage sur un parcours aux guets-apens impondérables, aux rencontres cordiales, aux réflexions fructueuses. Gia carburant au rêve d’Arrienn, soit de se fabriquer des ailes pour voler, persiste dans sa quête de liberté.

Un roman dans la lignée des dystopies. Ce roman dépeint un monde d’oppression et de machinations dans lequel la femme en est particulièrement victime. Gia, l’héroïne de cette fresque fantastique, n’a rien d’héroïque au sens d’héroïsme cliquant. Ses inquiétudes, ses soupçons, ses réflexions sont les moteurs de son cheminement. Ce qu’elle désire pour Arrienn, elle le veut aussi pour elle et pour les autres. Les souvenirs de son passé, font ressortir l’image de son père assoiffé de pouvoir et mettent en lumière les atrocités réservées aux femmes. Gia est la narratrice de ce récit dramatique. Les chapitres sont précédés d’extraits du Livre d’Alta et autres documents. Un glossaire complète le volume. Charlotte Bousquet me semble préoccupée par la situation de la femme à travers le temps et, dans ce texte inspirant, elle transcrit cet intérêt dans une société fictive…. R. Boisvert

Bousquet, Charlotte

Gulf Stream, 2016

Électrogène, 311 p.

 

Voir : « Là où tombent les anges. »

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress