Mondes imaginaires

Le chant du Vorkeul, 03: La haine du Vorkeul

Vorkeul La haine 03« Mais il paraît que nous devons te ménager. » p. 11

Un rêve sur le point d’être anéanti…

Nick est désormais assigné à Chrysalide One, réserve pour les Vorkeuls. Pourtant cette partie des Univers multiples semble davantage un lieu de captivité. Des relents du commerce des cages exhalent de l’endroit. Nick croit devoir renoncer à ses rêves et au chant. Après une tentative ratée pour échapper à cette prison, il découvre une aide inespérée dans la personne représentant l’organisme protégeant les conditions de vie des espèces non humaines. Nombre d’embûches parsèment encore sa route vers les étoiles, les ponts d’ombre et le chant. Shan veille toujours sur Nick.

Ce tome est encore riche d’un décor inédit et d’une écriture fluide. L’auteur sait maintenir l’intérêt en créant Chrysalide One, monde fermé qui abritent des ambitions inavouées. Tous les fils du récit mis en place sont dénoués. Somme toute, ce roman est une conclusion à la hauteur des tomes précédents. Ces mondes sont inventés, mais rien n’empêche le lecteur de rêver d’une promenade sur les ponts d’ombre pour y entendre le chant des Vorkeuls. Cette trilogie traite avec talent le thème de la différence. À lire. R. Boisvert

Honaker, Michel

Flammarion, 1999

Tribal, 167 p.

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress