Monde de l'aventure

Arena 13

Arena 13 01

« Je voulais apprendre à combattre dans l’Arène 13. » page 28

 

Ne combat pas qui veut dans l’arène 13!

 

Leif, seul au monde, a une ambition bien ancrée dans la tête : il veut venger la mort de sa mère et de son père. Sans le sous, il chemine longuement vers Gindeen, là où il pourra réaliser son but en combattant dans l’Arène 13, car c’est là où il pourra affronter Hob, le responsable de son malheur. Cette arène est un lieu d’où l’on sort rarement vivant selon les règles du combat fatal. Ce n’est point sans difficulté qu’il arrive à obtenir une place chez Tyron, le plus grand maître de lames. Sa première année d’apprentissage ne va pas sans heurts, mais Leif persiste et s’accroche à son projet.

 

Un premier tome dans lequel l’auteur met bien en place tout ce monde imaginaire qu’il crée pour raconter la quête de Leif. En liminaire, les règles régissant les combats sont détaillées; le prologue, quant à lui, livre le motif qui anime Leif. Chacun des chapitres présente en exergue une phrase à ne pas négliger. Certains termes du vocabulaire inventé sont définis en contexte; d’autres se retrouvent dans le glossaire de Midgard, en fin de volume. Le personnage de cette nouvelle saga est habilement mis en scène dans ce tome. C’est un héros qui a un talent, celui de combattre, qu’il doit discipliner pour en tirer le meilleur parti. Il a aussi à apprendre à qui il peut faire confiance. Son maître, la fille de ce dernier, ses deux compagnons d’apprentissage et Hob, le monstre tout puissant, sont les adjuvants et les opposants qui influent sur son évolution. L’écriture est fluide; les dialogues sont nombreux; les phrases courtes. Le contexte est un milieu social dont l’Arène 13 est le pivot, le lieu où le sang coule. C’est aussi l’axe de l’économie où les paris sont monnaie courante. Politiquement, Midgard est un pays aux limites imposées par un brouillard nébuleux que l’on ne peut franchir. Globalement, c’est un endroit de misère dont on rêve s’évader. Une saga à suivre… Rachel Boisvert

 

Delanay, Joseph

Bayard, 2015

389 p.

 

 

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress