Monde policier

Apportez-moi la tête de Lara Crevier !

Apportez-moi la tête de L.C.« Bon, je ne suis pas venu ici pour parler d’amour. Il va falloir la chercher cette maudite tête… » p. 14

 

La soif de liberté totale peut-elle faire perdre la tête à ce point?

 

Le lieutenant détective Donnola semble au bout du rouleau déjà en commençant l’enquête sur la mort d’une femme pas de tête. Folle? Non, le cadavre a été mutilé; la tête manque à l’appel! Comment arriver à l’identifier? La routine policière se met en marche et, parallèlement, un étudiant venu de France pour poursuivre ses études à Montréal ouvre la sienne. Dans un Montréal très actuel, le détective et l’étudiant jettent un œil assez critique sur la société en se renvoyant la balle à travers leurs cogitations sociales. Qui coiffera l’autre au poteau?

Un roman policier n’ayant rien à voir ni avec les milieux aseptisés ni les causeries sur l’art de boire des vins dispendieux. Non, l’enquête au point de départ sordide ouvre sur des avenues bigarrées. Le lieutenant détective désabusé et l’étudiant anarchiste promènent le lecteur dans les milieux universitaires, celui des massages et le monde des arts, plus exactement celui de la sculpture impudique. Le récit est fait par trois voix, celle de Donnola, celle de Chris et celle de la victime. C’est un entrelacs ingénieusement mis en place pour élaborer sur la liberté. Du Chabin pour lecteurs ayant acquis une certaine maturité. Rachel Boisvert

 

 

Chabin, Laurent

Libre expression, 2014

331 p.; Expression noire

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress